Je dis STOP aux violences faites aux femmes

09/07
2019

74 femmes ont perdu la vie des mains de leurs conjoints ou ex-conjoints depuis le début de l’année 2019. Cette extrême violence à l’encontre des femmes, est intolérable. Le respect et la liberté de choix doivent être consacrés pour chacun d’entre nous, homme ou femme.

L’urgence de la situation a poussé le Président de la République à décréter l’égalité femme/homme comme grande cause du quinquennat. Elle guide l’action du gouvernement depuis le début, et nombreuses sont les actions déjà en place pour mettre fin à ce fléau :  Mise en place d’une plateforme en ligne de signalement disponible 24h/24 et 7j/7 pour faciliter le dépôt de plainte pour les victimes ;

==> Circulaire de mai 2019 qui demande un plus grand recours à l’ordonnance de protection pour sécuriser les victimes ;

==> Allongement des peines en cas de violences commises en présence de mineurs ;

==> Inauguration, à Tours, d’un centre d’accueil et de prise en charge des femmes victimes de violences, ouvert 24h/24 et 7j/7.

Pourtant, cela ne suffit pas. Nous devons collectivement redoubler d’efforts et de vigilance pour que toutes les femmes soient respectées et écoutées, que leurs alertes ne restent pas sans réponse.

Dans cet objectif, la Garde des Sceaux Nicole Belloubet a avancé plusieurs propositions auxquelles j’apporte mon entier soutien. Parmi elles, l’élargissement du dispositif « Téléphone grave danger (TGD) » qui permet d’alerter directement la police en appuyant sur une touche de téléphone, un recours accru aux bracelets anti-rapprochement, mais aussi la multiplication des ordonnances de protection. 

Le 3 septembre prochain, à l’initiative de Marlène Schiappa, le Gouvernement organisera un Grenelle des violences conjugales en présence du Premier ministre, des ministres concernés, des acteurs de terrain, services publics, associations, familles de victimes. Je souhaite prendre part à ce travail qui va nous permettre de construire ensemble des mesures efficaces pour enrayer ce phénomène.

En France, chaque femme doit être en mesure de vivre sa vie librement, comme elle l’entend, sans craindre le mépris ni la violation de ses droits.

Je dis STOP aux violences faites aux femmes.

Pour plus de précisions sur cet article écrire à fabienne.colboc@assemblee-nationale.fr