Politique de la Ville & Tours Métropole

29/03
2018
0 Commentaire

En qualité de membre du Groupe de travail et d’étude Quartier Politique de la ville à l’Assemblée nationale, j’ai souhaité rencontré aujourd’hui le vice-président délégué à la politique de la ville et aux politiques contractuelles de Tours Métropole, Monsieur Wilfried Schwartz, Maire de la Riche, accompagné de Monsieur Frédéric Jullian, Directeur du développement urbain afin de nous entretenir sur la Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine, définie en février dernier.

 

L’objectif de cet échange était motivé par deux volontés :

  • Articuler les priorités et les engagements d’ores et déjà pris par le gouvernement dans le cadre de la Politique de la Ville avec le projet de territoire déjà largement amorcé au niveau des 4 quartiers éligibles au NPNRU Nouveau Programme National pour la Rénovation Urbaine, qui sont « Le Sanitas » à Tours, «  La Rabière » à Joué-Lès-Tours,  « La Rabaterie » à Saint-Pierre-des-Corps et « Maryse-Bastié » à Tours.
  • Faire valoir l’expertise locale en termes de force de propositions, mais aussi du point de vue des alertes à faire remonter dans le cadre également des réunions d’évaluation prévues trimestriellement à l’Elysée entre acteurs multiples de la politique de la ville.

Comment se doter des meilleurs moyens pour soutenir les acteurs de la politique de la ville, sachant que les crédits de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) atteindront les 10 milliards d’euros ?

Comment faire que les équipements publics comme les écoles puissent aussi intégrer les financements de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine ANRU ? … /…

En résumé, si l’on veut que les six priorités (sécurité, lutte contre la radicalisation, lutte contre la pauvreté, accès aux soins, discrimination à l’embauche, rénovation urbaine)  ainsi que la vingtaine de mesures répondent au mieux à la réalité et permettent de « ramener le droit commun dans les quartiers », il demeure capital que ce travail au titre du Contrat de Ville se fasse en partenariat Etat-Elus-Usagers.

Les réponses apportées ne sont-elles pas toujours les mieux adaptées, dès lors où la colonne vertébrale de la conduite du projet repose sur le dialogue et la coordination.

S’engager pour et envers les territoires, promouvoir l’identité, contribuer à donner un sens à son quartier, défendre l’emploi, l’éducation et l’accès à la culture sont de notre devoir, dans le seul but d’une réussite et du bien-vivre pour tous qui représentent, ne l’oublions pas, l’essence même de notre république.

Rappel sur certaines mesures liées à la Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine :

 

  • Emploi, Formation comme :

Les PEC Parcours Emploi Compétences lancés en janvier 2018 en remplacement des contrats aidés, pour favoriser l’emploi des personnes les plus éloignées du marché du travail (200 000 sont maintenus et doivent être fléchés en priorité sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville).

Les Emplois Francs, un dispositif mis en place à titre expérimental sur certains territoires, qui sera généralisé théoriquement en 2020, et dont l’objectif est de favoriser l’embauche des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Suite au bilan de premières expérimentations, le dispositif est élargi à tout demandeur d’emploi sans durée d’inscription ainsi qu’au recrutement en CDD de + de 6 mois, en sus d’un montant d’aide relevé pour être incitatif.

La Formation, afin de faire bénéficier 15% des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville, des nouveaux dispositifs de formation et d’apprentissage (projet de loi pour réformer l’apprentissage présenté mi-avril en Conseil des ministres).

 

  • Education comme :

Le dédoublement des classes de CP des REP et CE1 des REP+ : 2500 CP dédoublés en REP+ dès la rentrée de septembre 2017 (notamment à Saint-Pierre-des-Corps), Dédoublement qui sera progressivement étendu aux classes de CP des REP en 2018. Puis dans toutes les classes de CE1 en REP et REP+ en 2019.

L’expérimentation menée depuis septembre 2018 concernant le Pass Culture pour les jeunes de 16 à 25 ans, dans des quartiers de la politique de la ville dans le Bas-Rhin, l’Hérault, la Seine-Saint-Denis et la Guyane

L’opération « devoirs faits » qui vise tous les collèges : 7100 collèges ont mis en place ce dispositif qui a pour objectif de réduire les inégalités d’accès au savoir et lutter contre le décrochage scolaire. Il permet de bénéficier gratuitement de 4 h de soutien scolaire par semaine. Un dispositif qui sera étendu à l’école primaire à la rentrée 2018.

 

  • Services Publics comme :

Le doublement du nombre de maisons de santé dans les quartiers de la politique de la ville.

Le doublement des crédits de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (de 5 à 10 milliards) : Doublement des crédits pour mettre en œuvre le Programme National pour la Rénovation Urbaine.

Le renforcement du nombre de crèches (des SP en général) et majoration du complément de mode de garde.

– Plan crèche : le Président a annoncé la construction de crèches dans les quartiers de la politique de la ville. Ces quartiers de la politique de la ville comptent 4,5 fois moins de crèches.

– Familles monoparentales : le PLF 2018 prévoit une majoration de 30% du complément de mode de garde pour les familles monoparentales, soit un complément de 138 euros par mois, dans le seul objectif est de faciliter le retour de l’emploi et/ou d’aider à combiner vie professionnelle et vie de famille.

 

  • Sécurité comme :

Police de sécurité du quotidien : La police de sécurité du quotidien, nouvelle mouture de la police de proximité sera déployée essentiellement dans les quartiers en difficulté de la politique de la ville : le chef de l’Etat a évoqué une création de 10 000 emplois dans la police et la gendarmerie. Elle sera mise en place en priorité dans les quartiers populaires, avec une expérimentation dans une quinzaine de villes courant 2018. Afin que les stratégies répondent justement au sentiment d’insécurité et à la réalité connue par nos concitoyens, ces dernières seront définies en concertation avec les élus, les associations de quartiers…( avec l’expérimentation en cours de la police de sécurité du quotidien à Chambray-Les-Tours)

Contravention pour l’usage ou la détention de stupéfiants, qui permettra de remplacer le tribunal pour réprimer l’usage ou la détention de stupéfiants.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *